ARIOLASOFT

1983 1993PuceAllemagne Gütersloh (voir sur l'atlas)
Autres noms : Ariola UK, United Software
AriolaSoft, c'est le groupe qui a lancé la vague des jeux vidéo en Allemagne. Ni plus ni moins.

  • 1983- 1986: Un pionnier outre-Rhin
Issu de la Holding Bertelmann (BMG), le groupe AriolaSoft ne se distingue pas, au début des années 1980, des activités du groupe Ariola. Cette division du groupe Bertelsmann vend des disques (AriolaDisques) et complète son activité en commercialisant les titres de l'Américain Activision, à partir de 1983. Peu à peu, les locaux de l'entreprise, située dans le quartier d'Avenwedde à Gütersloh, deviennent le fer de lance de la distribution de jeux pour la C64. Broderbund ou Electronic Arts n'ont pas encore de locaux en Allemagne, et AriolaSoft devient leur porte d'entrée au pays de Goethe.

  • 1986-1990 : L'ascension d'un leader
En 1986, une restructuration vient séparer les activités du disque avec celles des jeux vidéo. Cette dernière activité est gérée par AriolaSoft GmbH. Comme la maison mère ne croyait pas vraiment au miracle des jeux vidéo, c'est Hans-Joachim Krusche, le directeur de la division des jeux, qui rachète le segment du jeu. En 1986, la société signe un accord de distribution avec SEGA pour les jeux de la Master System. C'est une opération éclatante pour Krusche, qui lance son entreprise sur la voie d'un succès à l'international. Le groupe ouvre une filiale au Royaume-Uni et une antenne en France. Ces activités hors d'Allemagne sont gérées par Willi Carmincke en Angleterre. Le catalogue de Firebird est distribué en Allemagne et en France, mais pour cette dernière, il y a une contrainte de taille : la loi ne permet pas la distribution de jeux sans manuel et jaquette traduites en français, ce qui impose des dépenses lourdes au groupe.

  • 1990-1993 : Avalé tout cru par une Holding
En 1990, une nouvelle restructuration vient comprimer effectifs et investissements du groupe : l'aventure anglaise s'avère plus coûteuse que prévu, et l'expérience en France a révélé la difficulté à anticiper les orientations du public français en matière de supports (Amiga, Atari ST, NES...). La stratégie du groupe a entaillé ses actifs en raison d'une guerre des prix menée par les concurrents. La recherche des prix bas fait vendre des jeux quasiment à perte en raison des contraintes de traduction. Rebaptisé United Software GmbH, le groupe tente de résister mais finit par être acheté par la Holding MicroProse Spectrum Holobyte GmbH en 1993.

Jusqu'en 1998, date du rachat du groupe par Hasbro, le siège est resté à Gütersloh :

Bartholomäusweg 31,
33334 Gütersloh
Germany

R.I.P.
Minifier le texte
Une erreur ? Un complément ? Rédiger un texte ? Contactez nous.