LIVE INTERACTIVE

1981 1998PuceEtats-Unis
Autres noms : Family Home Video, International Video Entertainment, Live Entertainment
L'histoire de cette société se confond avec celle du cinéma. Créée en 1981 par Noel C. Bloom, l'entreprise est liée à l'essor du magnétoscope et des cassettes vidéo avec USA Home Video (qui vise un public mature, et qui fait de la distribution des films pornographiques l'essentiel de ce label) et Family Home Video.

Malgré le lancement fulgurant de cette industrie, une première restructuration est nécessaire dès 1984. La société est renommée International Video Entertainment (I'VE), et élargit la distribution des films à des séries B et au support VHS.

En 1986, le déficit dépasse les 20 millions de $, et une seconde restructuration s'avère indispensable : Carolco Pictures acquiert 25% de l'entreprise et José Menendez en devient le PDG ambitieux en 1987. Ce dernier, ancien cadre dirigeant de RCA (une des majors du disque aux Etats-Unis) a le projet de transformer Live Entertainment en studio cinématographique, avec distribution d'un catalogue élargi avec des titres prestigieux.

En 1988, le studio commence à produire des films et les comptes commencent à virer au vert. Menendez utilise son réseau d'influence qui inclut de nombreux cinéastes Hollywoodiens et Oliver Stone ou Sylvester Stallone signent avec Live Entertainment (le nouveau nom de l'entreprise) un contrat d'exclusivité.

La même année, le succès du film "Teenage Mutant Ninja Turtles" permet à Menendez de viser l'acquisition d'une chaîne de magasins pour distribuer ses films (Beckzack Corp).

La malédiction rattrape le conte avec l'assassinat de José Menendez et de son épouse dans leur propriété de Beverly Hills, par les deux fils du couple. Les rumeurs d'argent sale (Noel C. Bloom est suspecté de relations avec la mafia) et ce scandale rejaillissent sur l'image de l'entreprise.

En 1990, Wayne Patterson devient le nouveau PDG, dans un groupe qui semble dirigé par des financiers plutôt que par des passionnés.
De nombreux partenariats sont conclus, dont un contrat juteux avec Miramax ou la société Munichoise de VCL : des milliers de films internationaux, de qualité inégale, entrent dans le catalogue du groupe.
Un projet de fusion entre Carolco et Live échoue en raison de l'effondrement des cours des actions, fin 1991. Il faut attendre la fin de l'année 1993 pour que le groupe obtienne le droit de recapitaliser l'entreprise, et de nouveaux groupes comme Pioneer Electronic Corporation, entrent dans le capital de l'entreprise.

Roger Burlage devient alors le nouveau PDG : celui-ci a une vision artistique qui permet de viser la diversification de l'entreprise : La production des films s'accompagne enfin du projet de financer un studio, et si le magnétoscope semble arrivé à la fin de son essor, la télévision, notamment avec les chaînes thématiques privées, offre une perspective nouvelle.

C'est ainsi que le film "The Arrival" est tourné, avec Martin Sheen, et que l'idée d'en exploiter les droits pour en faire un jeu vidéo inspiré de Myst, devient le projet de Burlage.

Mais les actionnaires se fichent des projets, obnubilés qu'ils sont par les bilans financiers : le cours de l'action s'effondre avant même que les projets de Burlage aient produit de l'espoir : En 1996-1997, un plan de restructuration détruit une part non négligeable des emplois et un trio de managers (financiers avant tout) prend le contrôle du groupe : de nouveaux contrats sont renégociés. En 1998, le groupe se renomme Artisan Entertainment (et restera en activité jusqu'en 2003, date à laquelle le groupe fusionnera avec d'autres groupes.
Mais pour le jeu vidéo, l'aventure a pris fin avec le développement de The Arrival, qui devait être le premier d'une belle série de jeux inspirés du catalogue de l'entreprise.

Jusqu'en 1997, le groupe était localisé à cette adresse :

15400 Sherman Way
Suite 5000
Van Nuys Californie.

A partir de 1998 :
2700 Colorado Avenue 2nd floor
Santa Monica 90404
Californie
USA
Minifier le texte
Une erreur ? Un complément ? Rédiger un texte ? Contactez nous.