MANDARINE INTERACTIVE

1998 2002PuceFrance Paris (voir sur l'atlas)
La société est une filiale de la Start-up Orange Art, créée en 1998 pour développer des CD-ROMs promotionnels pour des annonceurs. En d'autres termes, Mandarine Interactive a été conçue comme extension vidéoludique d'une société de marketing. C'est Alain Baillon, qui a déjà travaillé chez Arborescence, qui est chargé de mettre en oeuvre "des jeux de qualité pour le grand-public''. Entouré d'une équipe de 10 à 15 personnes, Alain Baillon ne se contente pas de superviser les étapes de développement, il assure l'écriture de la plupart des scénarios et apporte sa patte graphique aux différents CD-ROMs que le studio développe.

Le principe de ce modèle d'advergame à la française est le suivant : Mandarine Interactive démarche des sociétés pour proposer ser services. L'annonceur commande (et paie à la commande, mais avec pénalité pour chaque jour de retard si le CD-ROM n'est pas terminé à la date prévue) un nombre d'exemplaires pour "offrir" ses jeux à ses clients via un système de vignettes gagnantes ou de concours. La campagne promotionnelle peut être prolongée, relayée par une campagne publicitaire couverte par la télévision, la presse, les grandes enseignes de distribution.

Mandarine Interactive s'attaque à un géant chargé de faire tomber la concurrence des Choco BN : Prince de Lu, héros médiéval conquérant des temps modernes. Le succès est immense : 10000 exemplaires commandés initialement par Danone, et au final 500 000 CD-ROMs écoulés en France, Espagne, Bénélux - et même 1,2 millions dans toute l'Europe à la fin de la campagne ! Miko, Nestlé, Reebok viennent frapper à la porte du studio d'Alain Baillon, et les deux jeux de Yoco s'écoulent comme des petits pains.

Des jeux de qualité, une mission pédagogique et une volonté de formation citoyenne, tous les ingrédients de ce qui est au coeur de la recherche en didactique aujourd'hui (la gamification, la gamothérapie) donnent ses lettres de noblesse à Mandarine Interactive.

Orange Art doit déposer le bilan en 2001, et sa filiale n'y survivra pas en dépit de sa réussite économique. En 2002, la liquidation judiciaire est actée.

Depuis 2020, Alain Baillon ressuscite des projets d'advergame au sein d'une nouvelle société appelée abbhgamessolutions.com. Mais ceci est une autre histoire.

L'entreprise était sise à Paris :

12 Boulevard Poissonnière
75009 Paris

Jeux (9)

Une erreur ? Un complément ? Rédiger un texte ? Contactez nous.