ONESONG PARTNERS

1994 1995PuceEtats-Unis
Lorsque l'on cherche à écrire l'histoire d'une société, on commence souvent pas aller débuter notre enquête chez nos respectables amis de Mobygames.

A première vue, la société a été fondée par un collectif d'artistes (le photographe Michael Jai Feinberg, le musicien nigérian Onye Onyemaechi, Noah Clemence, Paul Coleman).
L'objectif de la société était, selon la présentation institutionnelle, de créer des produits culturels, multimédia, musicaux, capables d'élever l'esprit selon les idéaux New Age.

La compagnie a développé Endorfun, puis a sombré dans l'oubli.

Et nous avons enquêté.
Voici nos hypothèses, qui ne sont fondées sur rien d'autre que des suppositions et autres supputations. Si quelqu'un de plus avisé peut nous apporter la preuve d'un démenti, nous en serons fort ravis. En attendant, voici nos conclusions :

Parmi les crédits de l'unique jeu de la compagnie, outre les fondateurs de la société, ainsi que les musiciens qui ont oeuvré à la bande-son de Endorfun, figurent quatre noms de membres de la société Cinematronics (1994-1996, rachetée par Maxis en 1996). Trois de ces quatre noms sont tout simplement les co-fondateurs de Cinematronics : Michael Sandige, David Stafford et Kevin Gliner. Et le quatrième, Greg Hospelhorn, n'est rien moins que le programmeur du jeu.

Onesong Partners, selon la traduction littérale, cela veut dire ''Partenaires Uniques". Il semblerait donc que Onesong Partners soit une start-up, en tout cas un montage permettant de créer une association (un joint-venture) avec ces artistes pour créer un jeu de réflexion New Age sans compromettre la société Cinematronics.

Il faut dire que le jeu a été jugé moyen, et que les messages subliminaux délivrés au cours du jeu, au milieu des tam-tam ou de la musique relaxante, ont fini par noircir la réputation du jeu.
Gamespot a comparé le jeu à une publicité pour Fruitopia, la boisson emblématique du milieu des années 90. Et cela a agi comme un vrai turbo sur les ventes du jeu.

Onesong Partners n'a pas laissé d'adresse (les artistes mentionnés plus haut sont californiens mais les vrais développeurs de Cinematronics sont texans d'Austin) ce qui nous incite d'autant plus à militer pour une société montée de toute pièce pour créer un jeu unique.
R.I.P.
Une erreur ? Un complément ? Rédiger un texte ? Contactez nous.