COMPUTER GAMING WORLD

199 numéros recensésPuce 1981 2006PuceEtats-Unis
C'est parce qu'il a remarqué l'absence de magazine consacré exclusivement aux jeux sur micro-ordinateurs (Electronic Games traite majoritairement des consoles) que Russell Sipe, ex-étudiant au Séminaire Théologique Baptiste du Sud de Louisville, lance Computer Gaming World en novembre 1981. La revue, distribuée dans les magasins d'informatique et composée de 48 pages en noir et blanc (couverture exceptée), contient dès son premier numéro des articles signés par des programmeurs réputés de l'époque, comme Chris Crawford, [2723,Dani Bunten] ou Bruce Webster. La couverture et les illustrations intérieures, fort inventives, sont signées Tim Finkas. En juillet 1982, Johnny L. Wilson, diplômé en études de l'Ancien Testament et ex-acolyte de Russell Sipe au campus et au club de wargame local, commence à signer des articles. En juillet 1983, c'est Scorpia, administratrice du forum en ligne Games RoundTable de GEnie, experte en jeux de rôle et jeux d'aventure, qui les rejoint, tout en dissimulant soigneusement son identité derrière son avatar à l'effigie d'un scorpion. A eux trois, ils forment le socle de la rédaction pour de nombreuses années à venir. En 1985, CGW cesse sa collaboration avec Tim Finkas et, succès aidant, contient des publicités en couleurs, mais il faudra attendre 1988 pour que les captures d'écran en bénéficient à leur tour. CGW se démarque par la qualité de ses articles et son sérieux, plus encore que Electronic Games qui était déjà de très bonne qualité. CGW s'adresse clairement aux adultes et contient des articles pointus et des tests très détaillés, sans aucun équivalent en Europe. Les jeux pour consoles y sont au mieux ignorés, au pire regardés de haut, et les jeux d'action n'ont une chance d'y apparaître que s'ils sont un minimum subtils. Cette ligne éditoriale rigoureuse leur a sauvé la mise lors du krach du marché du jeu vidéo de 1983, dont ils seront les seuls survivants dans le secteur de la presse vidéo-ludique. En 1991, pour son dixième anniversaire, CGW adopte une nouvelle maquette. Fin 1992, Russell Sipe cède son poste de rédacteur en chef à Johnny L. Wilson mais reste crédité comme éditeur. En août 1993, le magazine est vendu au groupe Ziff-Davis, qui préserve son indépendance. Enfin, en juillet 1994, après 13 années de résistance, CGW adopte enfin un système de notation, en cinq étoiles (dont les demi-points). Entretemps, le petit magazine a bien grossi et fait maintenant plus de 200 pages, avec des pointes lors des fêtes de fin d'année (la barre des 500 pages sera atteinte en décembre 1997). L'équipe de ces années est très solide : outre Wilson et Scorpia, elle compte, parmi beaucoup d'autres, Alan Emrich, M. Evan Brooks et Terry Coleman, spécialistes en wargames, Charles Ardai, un écrivain qui s'occupe des jeux d'aventure, Denny Atkin pour les simulations, ainsi que Martin Cirulis, spécialiste en science-fiction sous toutes ses formes, qui signe des articles souvent assassins. Et grâce au triomphe de Doom, les jeux d'action ont enfin droit au traitement qu'ils méritent. Durant la deuxième moitié des années 90, malheureusement, le magazine est victime du renouvellement du public, du changement des mentalités qui en découle et de la concurrence acharnée de PC Gamer, qui en tire bien profit. Même si sa rigueur n'est pas remise en question, le ton se relâche nettement. En octobre 1999, Johnny L. Wilson, le dernier des vétérans du magazine, annonce son départ et passe la main à George Jones, qui laissera à son tour sa place à Jeff Green en 2002, alors que le magazine n'est plus que l'ombre de lui-même. Enfin, en 2006, CGW devient Games for Windows et n'existera que deux ans sous ce nom, mettant ainsi fin à l'un des magazines de jeux vidéo les plus respectables et passionnants, toutes nationalités confondues.

Note : il a existé une éphémère version française de Computer Gaming World, Univers Jeux & Micro, une version espagnole et une version italienne.

Pour en savoir plus