Genghis Khan II : Clan of the Gray Wolf
Série
Année
1994 (Sortie FR)
Développement
Edition
Systèmes
systeme
Multijoueurs
Dosbox
Compatible avec la version 0.73
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
120 votes


titre Toile de fond

«Genghis Khan II : Clan of the Gray Wolf» ! Voilà un nom bien long pour un jeu ! KOEI s'était fait une spécialité de produire des jeux de stratégie à la chaîne dotés du même moteur graphique et des mêmes mécaniques de jeux. Les jeux les plus populaires sont «Romance of the 3 Kingdoms» et «Liberty or Death». Entre les deux, KOEI avait produit aussi «l Empereur».
Seulement voilà, les années s'enchaînaient et KOEI ne semblait vouloir faire évoluer son moteur de jeu qu'à la marge. «Liberty or Death» sorti aussi en 1993 accusait les ans. Qu'en est-il de «Genghis Khan II» ? Comme son nom l'indique, ce jeu est «une suite» d'une des premières simulations historiques, sortie en 1989. C'est en tout cas comme cela que KOEI présentait ses jeux. Aujourd'hui, ils seraient classés comme de la stratégie au tour par tour où vous incarnez des personnages célèbres (ici le chef mongol en l'occurrence).

titre Le jeu

Comme ses illustres prédécesseurs, «Genghis Khan II» reprend les mêmes mécanismes de jeu. A savoir que le joueur (ou les joueurs puisque vous pouvez jouer jusqu'à 4) a la possibilité de jouer le début de l'ère mongole, son avènement ou sa gloire. En fonction du choix, vous aurez droit à plus ou moins d'options. Jusqu'ici, rien que du très banal dans la panoplie KOEI. Ce qui change grandement en revanche, c'est la taille de la carte pour les scénarios 2 et 3. Vous pourrez ferrailler et/ou vous allier à la moitié de la planète de l'Asie jusqu'à l'Europe. N'allez pas chercher une once de crédibilité historique puisque je me suis allié aux chevaliers teutoniques pour 8 ans alors que j'étais au moyen-orient...
Qu'importe ! Les possibilités stratégiques sont plus étendues et l'on ne va pas s'en plaindre. Comme tout bon jeu KOEI, vous aurez une limite dans vos actions. Vous ne pouvez pas tout faire à chaque tour. Il faudra donc en amont prendre les décisions qui vous semblent les plus judicieuses : alliance, recrutement de troupes... La difficulté a été accrue par rapport aux autres jeux KOEI et désormais il n'est guère possible de recruter tout azimut. L'entretien des troupes coûte cher.
Il est à noter aussi que votre dirigeant peut mourir à la guerre (en cas de défaite et s'il a pris la tête de l'armée). Vous aurez alors l'occasion de choisir un successeur. Les joueurs les plus cyniques trouveront là une occasion de se débarrasser des dirigeants les moins bien notés car tout comme dans «L Empereur» ou «Liberty or Death» les dirigeants, généraux... sont notés sur plusieurs points (capacité à combattre, à diriger...) sur une échelle de A à E (A étant le plus fort).
La part du hasard a été augmentée avec l'arrivée de catastrophes climatiques extrêmes comme les typhons qui perturbent les récoltes.. . 
L'avancée majeure de ce titre se situe au niveau des combats tactiques bien meilleurs. Car soyons clair, ce n'est pas vraiment avec la diplomatie que vous progresserez dans le jeu.
Il faudra en découdre avec les armées (archers...). L'ensemble est beaucoup plus riche que dans les autres épisodes de la série. Cela est plus plaisant même si les possibilités offertes par le combat tactique demeurent limitées.

titre L'avis

Doté d'une carte gigantesque qui préfigurait les simulations mondiales comme Heart of Iron, la série rentrait dans une nouvelle ère. Avec des parties plus longues, notamment en raison de l'extension des phases de combats, elle offrait une certaine diversité en même temps qu'un sentiment de lassitude devant la répétition des batailles à gérer. Plus riche que «Liberty or Death», mais moins profond que «l Empereur», le titre était néanmoins plus varié. On restera toutefois sur un sentiment de frustration. Si les développeurs ont apporté quelques touches de nouveauté, on se dit qu'il aurait pu et dû capitaliser sur cela, pour faire basculer les « simulations historiques » dans une autre ère. C'est manqué. Il faudra attendre la fin de la décennie et les jeux produits par Paradox (Europa Universalis, Heart of Iron) pour voir éclore les idées qui étaient sous-jacentes dans les titres de KOEI.
Quant à l'entreprise japonaise, elle devait produire la même année Rise of the Phoenix, un titre qui ne porta pas bonheur à la compagnie puisque la série des simulations historiques allait se terminer en cette année 1993.

titre Lancement

Utilisez DOSBox ou D-Fend Reloaded pour lancer le jeu. Bon amusement !



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Des questions ? besoin d'aide ?

Vous pouvez trouver de nombreuses informations et vous pourrez poser des questions à la communauté en allant sur notre forum : Abandonware Forums.











Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure