Power Chess
Série
Année
1996 (Sortie US)
Développement
Edition
Distribution en Italie
Systèmes
systeme systeme systeme systeme systeme
Multijoueurs


titre Scénario

Vous êtes un joueur d'échecs passionné, et vous avez été invité par la Reine de Power Chess pour jouer aux échecs et vous mesurer à elle, au Roi, au Prince, et à la Princesse, ainsi qu'à d'autres adversaires, voire à un adversaire créé de toutes pièces.

titre Gameplay

Le jeu se pose comme un concurrent sérieux face à la série Chessmaster. Et plutôt que de proposer uniquement un moteur de jeu qui va vous écraser, il permet de se mesurer face à plusieurs adversaires de niveaux différents, et surtout avec des personnalités différentes.

Il y a d'abord la Reine, l'adversaire le plus formidable du jeu. Elle est au-dessus de tous les autres concurrents. Mais sa voix suave vous invitera toujours à jouer contre elle. D'ailleurs, lorsque vous ouvrez le jeu, il y a toujours une nouvelle partie qui commence... contre elle.

Vient ensuite le Roi, auquel vous pouvez vous mesurer quel que soit votre niveau. Son but n'est pas de vous battre à plate couture, mais d'évoluer avec vous. Au début, il vous testera. Tôt ou tard, vu qu'il n'est pas la Reine, il fera des erreurs. À vous de les exploiter avant qu'il ne soit trop tard ! Ces "erreurs" servent en fait au Roi pour voir si vous progressez. Eh oui, il est pas Roi pour rien.

Le Roi représente le coeur du jeu. Avant de vous mesurer à lui, vous devrez indiquer votre niveau aux échecs (ça va de "je ne connais pas les règles" - qui vous renverra au tutoriel intégré à l'aide du jeu - à "mon nom est Kasparov", en passant par "je gagne parfois").

À la fin de chaque partie contre le Roi, que l'issue soit bonne ou mauvaise, la Reine décortiquera avec ses commentaires tout la partie pour vous. Elle vous montrera de vive voix, en déplaçant les pièces si besoin, quelle variante vous auriez pu employer, pour quelles raisons, etc. ... Une fonctionnalité unique en son genre, et très précieuse pour progresser face au Roi. Faites attention cependant : chaque partie, même abandonnée, comptera dans votre score contre le Roi. Et chaque partie de votre profil de joueur contre le Roi pourra être revue à loisir.

D'autres adversaires font partie de la Cour. Il y a d'abord le Prince qui est peu patient (le temps alloué par la pendule est alors plutôt court), mais contre lequel vous pouvez rejouer les mêmes coups... du moment que vous ne les avez pas utilisés contre le Roi !

Vient ensuite la Princesse. Elle joue comme son frère, sauf en deuxième moitie de partie, ou elle saura vous mettre autant la pression que la Reine. Elle est très belliqueuse, et n'hésitera pas à vous surprendre avec ses bottes secrètes. Et comme son frère, elle apprendra de son père le Roi les coups que vous avez joués contre lui.

Enfin, il y a les vingt Roturiers. Ils font partie des personnages prédéfinis les plus faciles, sans pour autant être des benêts. Parmi eux, il y a : un boxeur, un pilote, un extra-terrestre en mission, un jazzman, un robot, et autres personnages hauts en couleurs, comme par exemple mademoiselle Lafayette.

N'oublions pas les Nobles qui sont tout simplement les adversaires que vous aurez créés. Leur compétence aux échecs, leur style de jeu, leur patience (ou impatience), tout est réglable. Parfait si on ne trouve pas d'adversaire à sa mesure malgré le Roi (ce qui peut être le cas pour un total novice) ou si on a déjà retourné tout le jeu.

Ne soyez pas intimidé devant tant de choix. Power Chess fait tout pour accueillir aussi bien le novice que le joueur ultra-confirmé. Ainsi, en plus d'adversaires évolutifs et avec différents niveaux et styles de jeu, le logiciel propose une aide en ligne très bien écrite avec différentes sections, telle qu'une dédiée au célèbre système de jeu d'Aaron Nimzowitsch. Il y a aussi un Labo où vous pourrez étudier et répéter vos coups et autres ouvertures, en plus de pouvoir vous mesurer à une autre personne de votre entourage sur le même ordinateur.

Pour finir, le jeu propose entre autre des parties mémorables faisant partie de l'histoire des échecs, à regarder avec (ou sans) les commentaires et analyses de la Reine. Comme elle le dit elle-même, la Reine est à la fois votre plus redoutable adversaire et votre mentor.

titre Trivia

  • Le moteur du jeu (WCHESS) fait aussi partie d'autres jeux d'échecs, comme par exemple «Majestic Chess» de Sierra et «USCF Chess» d' Interplay.
  • WCHESS avait reçu quelque temps auparavant l'attention du monde entier après avoir gagné 5 des 6 matchs contre des grands maîtres des échecs américains lors de l'Intel Harvard Cup Man VS Machine Tournament (ICC) d'Octobre 1994. La même année, il remporta le tournoi nommé Uniform Platform Computer Chess Program Tournament à Londres.
  • En parlant de programmes qui jouent aux échecs, le match de 1996 entre Deep Blue d' IBM et Garry Kasparov est d'aileurs présent dans les archives du jeu.
  • Le jeu permet d'importer et d'exporter des fichiers PGN, comme ce match entre Deep Blue et WCHESS : www.chessgames.com/perl/chessgame?gid=1472195
  • L'aide de
    jeu présente aussi l'ensemble du développement du jeu. Une lecture très
    intéressante, notamment pour savoir comment il se positionnait face à
    la concurrence de l'époque.
  • La voix de la Reine est jouée par la même personne en français et en anglais, et dans les deux cas sans le moindre accent. Il s'agit de Natacha LaFerriere : Site officiel
  • La série Power Chess fut un succès critique et financier immédiat. Cependant, lors du rachat de Sierra quelques années plus tard, elle fut mise au rebut par les acheteurs. Selon eux, les jeux d'échecs avait déjà un mastodonte en place, donc inutile de lutter...
Deux "suites" de ce jeu existent :
  • [jeu_0,Power Chess 98] : une mise à jour plus qu'autre chose sortie en 1997.
  • [jeu_0,Power Chess 2.0] : La même chose que [jeu_0,Power Chess 98] sous un autre nom et pour (semble-t-il) d'autres territoires que cette dernière version. Sorti en 1999.
Par ailleurs, il existe un patch pour cette version originelle de «Power Chess», mais elle est déjà intégrée à cette version française :
http://sierrahelp.com/Patches-Updates/Patches-Updates-Games/PowerChessUpdates.html

Enfin, à l'époque le jeu permettait d'affronter
d'autres joueurs via Internet et des serveurs dédiés. Hélas, ces serveurs ont disparu depuis longtemps. On peut cependant toujours s'affronter à deux en local dans "Le Labo".

titre Avis du testeur

Une vraie perle rare ! Toutes les récompenses que ce jeu a reçues sont amplement méritées. Le magazine Joystick ne s'y était pas trompé, en lui décernant un Mégastar Joystick. Même moi qui suis toujours aussi nul aux échecs (désolé, chère Reine à la voix si charmante !), j'y retourne toujours avec joie. Et c'est bien pour ça que je lui décerne un Abandonware d'Or. Sierra a pris le parti d'humaniser le jeu d'échecs sur ordinateur, et c'est un pari réussi !

Seuls petits défauts : un mode 3D inutilisable (préférez-lui le mode 2D), et le Roi a du mal à reconnaitre les parties nulles. C'est qu'il est aussi hargneux, le bougre...

titre Technique

Ce
jeu est de nos jours impossible à faire fonctionner sans émulateur ou
machine physique permettant de faire fonctionner Windows 95 ou Windows
98.

La raison : le jeu est composé d'un programme Windows
(PCHESS.EXE) qui fait appel à plusieurs programmes MS-DOS en arrière
plan (KING.EXE, QUEEN.EXE, RUN386.EXE), gérés par un autre
programme console pour Windows (HITMAN.EXE). Seul Windows 9X peut faire
tourner tous ces programmes nativement, et dans la même session, et en
leur permettant de communiquer entre eux. Même Windows XP n'est pas
compatible, vu qu'il fait tourner tout ce qui est DOS au travers de
NTVDM, qui interdit tout communication entre le processus qu'il héberge
(exemple : QUEEN.EXE) et d'autres processus (exemple : PCHESS.EXE).

Qui
plus est, PCHESS.EXE est un espèce de bâtard par lui-même. Il utilise
WinG pour l'affichage, l'API d'accélération graphique de l'ère de
Windows 3.11, remplacée par DirectDraw dès Windows 95, et retiré de
Windows dès Windows 98 Seconde Edition ! Et pourtant, il utilise
DirectSound, qui est lui un composant DirectX, tout comme DirectDraw.

Bon,
rien d'impossible, après tout DirectSound c'est pour le son, et WinG
c'est pour la 2D, mais je n'ai jamais vu un tel mélange de deux époques
différentes (et on peut en rajouter une troisième, avec les exécutables
MS-DOS).

titre Installation

Utilisez la version automatique.
Croyez-moi, sur un OS moderne, PCem est la seule solution. Une solution
très stable et performante, d'ailleurs.




titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Des questions ? besoin d'aide ?

Vous pouvez trouver de nombreuses informations et vous pourrez poser des questions à la communauté en allant sur notre forum : Abandonware Forums.

    Informations diverses
    Infos éditions, compils...
    Médias
    Crédits
    Avis & Comments (0)
    Astuces (0)

    Screenshots (20)
    Covers (5)
    Scans disques (10)

    Télécharger le jeu
    Télécharger le manuel
Biff (Jeu version '98, Jeu version 2.0, Photos jeu version '98, Photos manuel, boîte CD et boîte carton jeu version 2.0)










Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure