Les Ripoux
Année
1987 (Sortie FR)
Développement
Edition
Systèmes
systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.74
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
136 votes


titre Le film

Après une décennie 70 très portée sur la franchouillardise (souvenez-vous, "La Septième Compagnie", "Les Bronzés", "La Cage aux folles", les Charlots...), le cinéma comique se porte bien en 1984. Dans ce domaine, Claude Zidi, n'est pas le dernier, lui qui a déjà réalisé "Les Bidasses en folie", "Le Grand Bazar", "L'Aile ou la Cuisse", "Les Sous-doués", "Inspecteur la Bavure", et qui allait ensuite ajouter à son palmarés "Les Rois du gag" et "La Totale". Pourtant, "Les Ripoux" se situe à part dans sa filmographie, puisqu'il ne repose pas sur des gags parfois très exagérés ou des répliques qui fusent - il ne cherche d'ailleurs pas à faire rire à tout bout de champ. Cette confrontation entre René Boisrond (Philippe Noiret), flic proche de la retraite, devenu expert en bakchichs, malversations et arrangements avec les petits malfrats, et François Lesbuche (Thierry Lhermitte), jeune diplômé de l'école de police idéaliste et intransigeant, est plutôt un équilibre idéal entre le polar, la comédie et la critique sociale. "Les Ripoux" va faire un carton plein, puisqu'il va non seulement attirer plus de 5,8 millions de spectateurs (deuxième au box-office en 1984 derrière "Marche à l'ombre", une autre comédie), mais aussi remporter trois Césars, dont ceux de meilleur réalisateur et meilleur film, une première pour une comédie - mais pas une dernière, puisque l'année suivante c'est "Trois hommes et un couffin" qui remportera la récompense suprême. Le terme "ripou" lui-même entrera dans la langue de tous les jours. Un beau succès qui intervient juste avant que le cinéma comique français commence à traverser une longue crise, touché à la fois par la baisse de fréquentations des salles obscures, l'arrivée des chaînes de télé privées qui diffusent beaucoup de films, et le cinéma américain qui va dominer le box-office français à partir de la seconde moitié des années 80. Quant aux "Ripoux", sans surprise il auront droit à deux suites, "Ripoux contre ripoux" (1989), et, bien plus tard, "Les Ripoux 3" (2003).

titre Le jeu

C'est Cobra Soft qui a eu l'idée d'adapter les "Ripoux" sur micros. Le temps de réussir à contacter les détenteurs des droits et de signer les contrats, le jeu n'est sorti qu'en septembre 1987, trois ans après le film. Cobra Soft a toutefois aussi conçu le jeu de société tiré du film et édité par Schmidt - dont Cobra Soft adaptera ensuite le jeu "Maxi Bourse" sur micros, comme ça tout le monde est content. Mine de rien, c'était une petite révolution, car «Les Ripoux» devenait ainsi la première adaptation d'un film français en jeu vidéo, mais aussi la seule avant un bon moment - avant «La Cité des enfants perdus» en 1997, puis «Les Visiteurs» et «Le Cinquième Elément» en 1998.

«Les Ripoux» respecte à la lettre l'esprit et l'univers du film, mais pas sa trame, puisqu'il n'y a pas ici de confrontation entre deux policiers. Dans la peau de René Boisrond, sans jeune loup dans les jambes, votre rôle consiste à acheter le bar PMU de vos rêves et à prendre votre retraite. Plus facile à dire qu'à faire : vous n'avez que 1000 F d'épargne, le bar en vaut 2 millions. D'autre part, pour pouvoir prendre sa retraite, il faut avoir une note administrative d'au moins 70; en début de partie, la vôtre est de 50, ce qui est bien mais pas top. Il vous faudra donc extorquer de l'argent à droite et à gauche et satisfaire votre supérieur, ces deux objectifs étant rarement compatibles.

Afin de restituer sur disquettes l'atmosphère parisienne, Bertrand Brocard avait passé deux jours à sillonner le dix-huitième arrondissement et y prendre des photos. Il en résulte six jolis écrans montrant des éléments emblématiques de ce quartier : le Moulin Rouge, le Sacré Coeur, le métro suspendu de la ligne 2, la station Abbesses et son édicule Guimard, une fontaine Wallace, une colonne Morris... Cependant, ces écrans ne servent que de décorations, comme ceux de «Tetris». Restrictions d'espace mémoire obligent, toute l'action du jeu se déroule en réalité dans le (très) petit écran carré montrant un bout de quartier et votre personnage, un simple pixel blanc que l'on contrôle au clavier ou à la souris ! «Les Ripoux» se déroule en temps réel, une journée durant plus ou moins selon les déplacements adoptés. Chaque journée commence devant votre commissariat, avec une nouvelle série d'ordres (touche 'O') : surveiller trois rues et une station de métro et arrêter un suspect. Sur ce dernier point, à vous de choisir : une arrestation, c'est 5 points administratifs, mais c'est aussi un indic et/ou une source de revenus en moins. Vous pouvez passer au stand de tir pour vous entraîner : une cible mouvante se déplace derrière des passants, vous devez placer votre curseur (imprécis et toujours en mouvement) et tirer au bon moment. C'est très difficile, et même avec de l'entraînement le risque de bavure est très élevé. En vous promenant, vous croiserez plusieurs spécimens de la faune parisienne : commerçants malhonnêtes, vendeurs à la sauvette, prostituées, travestis, loubards, skin-heads, programmeurs de Cobra Soft... Tous sont une source de revenus ou d'informations potentielle : pour cela, il faut leur parler ('P'), ce qui affiche une série de répliques au ton audiardien à souhait. Il faut prononcer ces répliques dans le bon ordre (celui d'une conversation cohérente), et un bip indique alors que l'interlocuteur est prêt à s'arranger. Il n'y a plus qu'à "négocier" ('N') un bon prix avec lui, puis, chaque semaine, à le retrouver pour encaisser son bakchich ('E'). Il est également possible de faire des paris au bonneteau ou de miser de l'argent au PMU.

Chaque jour, une agression ou un braquage de banque se déroulera quelque part. Pour s'y rendre plus vite, vous avez trois moyens de transport :
- A pied ('D') : cela permet de rencontrer les passants, de voir les icônes des lieux, mais la journée passe plus vite.
- En voiture ('V') : c'est plus rapide, mais on ne croise plus personne, il faut repasser en mode piéton.
- En voiture avec gyrophare ('G') : encore plus rapide !
- En métro ('M') : il faut être près d'une des huit stations du jeu.
Si vous arrivez sur place à temps, il faudra poursuivre le pixel blanc représentant le malfrat (même à quelques jours de la retraite, vous courez encore très vite) et l'attraper avant qu'il ne sorte du quartier. Si c'est le cas, à vous de décider quoi en faire : le relâcher en échange de services ou l'arrêter, garder une partie du butin ou tout rendre à votre patron. Si ce sont des bijoux, il faudra les vendre à un receleur. Attention tout de même, les "boeufs carotte" (l'IGS en argot policier) pourrait s'intéresser à votre cas et vous suivre au cours de vos déplacements. Au fait, comment fait-on pour se repérer dans le quartier ? Tout d'abord, la touche 'R' permet de voir le nom de la rue où vous vous trouvez, la touche 'X' affiche vos coordonnées et votre score administratif. Enfin, en guise de mesure anti-piratage intelligente, un plan complet du quartier se trouvait dans le manuel qui d'ailleurs n'était pas un manuel mais un pastiche de journal gratuit bourré d'adresses et d'indices, dans la grande tradition des documents fournis avec les jeux Cobra Soft - les petites annonces valent la lecture. Déplacements dans les rues, pratiques hors-la-loi, plan du quartier, hum... De là à penser que «Les Ripoux» définissait déjà les grandes lignes de «Grand Theft Auto» avec dix ans d'avance, il n'y a qu'un pas, que je franchis.

La version CPC des «Ripoux» est la plus connue; elle exploitait le mode 1 pour afficher des graphismes plus fins, en jaune et noir. Sur PC, Cobra Soft a eu la bonne idée de laisser le choix du mode graphique : Hercules, PC 1512, les trois modes 320*200 du CGA, ou CGA monochrome haute résolution. Les couleurs du mode CGA étant ce qu'elles sont, on pourra préférer ce dernier choix pour retrouver la même qualité que sur CPC, mais attention : dans ce mode, l'utilisation de la voiture bleuit si fortement l'image qu'elle en devient illisible. Côté musique, rien à signaler, une petite mélodie au chargement du jeu et c'est tout. La version ST est la plus colorée et certainement la meilleure, mais cette version PC manquait cruellement sur ce site, et grâce aux crackeurs acharnés du site russe Old-Games.RU, nous pouvons enfin vous la proposer. Bonne enquête, et surveillez bien vos arrières !

titre Astuces pour le jeu

Voici les lieux importants avec leur rue et leurs coordonnées :

Commissariat : rue Fleury (277,105)
Stand de tir : rue de Maubeuge (290,125)
Bar PMU (Roger Druet) : boulevard de Clichy (51,114)

Banque d'épargne : avenue Junot (106,58)
Banque de Paris : rue Cardinal Dubois (158,91)
Banque générale : boulevard Barbès (235,92)
Caisse de France : rue des martyrs (130,113)
Société populaire : rue Polonceau (235,87)

Stations de métro :
Abbesses : rue des Abbesses (114,106)
Anvers : boulevard Rochechouart (171,125)
Barbès : boulevard Barbès (229,115)
Blanche : rue Blanche (54,118)
Caulaincourt : rue Caulaincourt (110,33)
Chateau-Rouge : boulevard Barbès (224,60)
Marcadet : boulevard Barbès (225,28)
Pigalle : boulevard Rochechouart (115,135)

Pour jouer au bonneteau, s'adresser à Mamadou M'Bogwe.
Pour revendre des bijoux, s'adresser à Gilles Chaumier ou Julien Mathos.

titre Lancement sous DOSBox

Lancez le fichier RIPOUX.EXE.
Pensez à configurer DOSBox pour l'affichage du mode CGA ("machine=cga").



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Des questions ? besoin d'aide ?

Vous pouvez trouver de nombreuses informations et vous pourrez poser des questions à la communauté en allant sur notre forum : Abandonware Forums.

  Informations diverses
    Médias
    Crédits
    Avis & Comments (0)
    Astuces (0)

    Screenshots (18)
    Covers (2)
    Scans disques (1)

    Télécharger le jeu
    Télécharger le manuel
Dlfrsilver (Jeu PC, Scan disquettes), Old-Games.RU (Covers, Jeu version déplombée, Manuel)









Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure