1C COMPANY

1987PuceRussie Moscou (voir sur l'atlas)
Autres noms : 1C: Maddox Games
Développeur, éditeur et distributeur russe basé à Moscou (1987).

1C Company a un passé de développeur, essentiellement depuis son rachat de Maddox Games, mais produit et édite également des titres issus de studios russes indépendants tels Action Forms, Akella, Apeiron, Arise, Best Way, Creat Studio, Crioland, Dark Fox, Digital Spray Studio, Dip Interactive, DTF Games, DVS, Eagle Dynamics, Elemental Games, Gaijin Entertainment, G5 Software, Ino Co, Katauri, K-D Lab, KDV Games, Kranx Productions, Meridian 93, Nikita, Nival Interactive, Orion, Osw Games, Pipe Studio, Saturn Plus, Skyfallen Entertainment, Skyriver Studios, Softlab-Nsk, Unicorn Games Studio ou encore X-Bow Software, parmi d'autres.

Sur toute l'étendue de l'ex-URSS, 1C Company édite et distribue les productions des sociétés internationales Activision, Ascaron, Atari, Bethesda Softworks, CDV, Codemasters, Dreamcatcher, Empire Interactive, Interplay, JoWooD, Microids, Novalogic, Paradox Entertainment, Take 2, THQ, Titus, Ubi soft (voir Trivia), Vivendi ou encore Wanadoo, parmi d'autres.

Mais comment tout cela est-il arrivé ?

Au démarrage, 1C est un logiciel de comptabilité associé à un système de télécommunication, un télétype qui permet de transcrire des messages et informations qui arrivent par les réseaux informatiques, et que l'on retranscrit à l'aide de machines à écrire et autres imprimantes. Avec la possibilité de passer de l'alphabet occidental ( en clavier AZERTY et en QWERTY) à l'alphabet cyrillique.
L'auteur de cette petite prouesse technologique c'est Boris Nuraliev, et la reconnaissance qu'il obtient de l'Etat c'est de créer une coopérative de services informatiques pour accélérer la modernisation du pays.

Nuraliev met en place un système d'économie solidaire, avec un réseau de distributeurs de ses logiciels de communication et de comptabilité, et le passage à l'économie de marché lui permet de devenir un des premiers millionnaires de la nouvelle Russie. Certains comparent déjà 1C à un Microsoft Russe.

L'expansion du groupe, qui ressemble à d'autres aventures (Doka, Softlab NSK, tous ces pionniers du libéralisme sauvage) permet de gravir les échelons vers la construction d'une Holding, un groupe mondialisé qui comprend des milliers de franchisés et de clients en Russie et dans l'ancien Bloc de l'Est.

Et parmi toutes les activités figure l'édition et la distribution des jeux étrangers sur le sol natal, et l'exportation des jeux vers l'Occident.
Acteur incontournable de ce marché qui flambe, 1C finit par détenir 80% de la distribution des jeux en Russie !

1C ne se contente pas de vendre du jeu (et de le localiser) : l'ambition de développer des jeux a conduit le groupe à produire un des meilleurs jeux de simulation aérienne (que certains considèrent comme étant meilleur que Microsoft Flight Simulator 2002 !) : il-2 Sturmovik est le produit du rachat de Maddox Games par Boris Nuraliev et signe l'entrée fracassante de 1C:Maddox sur la scène créative. Le jeu est un vrai succès international.

En 2010, 1C a été nommé "la société qui coûte un milliard de $".
Les principaux rivaux ont été achetés, après Maddox, comme Akella, Buka, Avalon Style Entertainment ou Soft-Club.
L'internationalisation du groupe l'a conduit à s'installer au Royaume-Uni, en Asie, en Amérique du Nord. C'est un acteur majeur de l'activité économique du jeu vidéo, toujours en 2021.

Son adresse postale : 21, Seleznevskaya str., Moscow, 123056 box 64.

Trivia
Le premier accord bilatéral avait débuté avec la disponibilité en occident d'IL-2 Sturmovik, son extension Forgotten Battles pour 2004 et The Battle of Britain pour 2005.
Minifier le texte

Jeux (4)

Une erreur ? Un complément ? Rédiger un texte ? Contactez nous.